The VeggieBurger !

The Veggieburger dans toute sa splendeur :) !

The Veggieburger dans toute sa splendeur 🙂 !

Pourquoi avoir eu envie de faire un Veggieburger quand je suis ni végan, ni végétarien et que j’aime bien la viande (oui je sais, je suis une hérétique :9 ).

Premièrement pour le challenge, deuxièmement pour faire plaisir à mes amis végétariens et troisièmement car j’en avais envie ! Je dois vous avouer que de trouver le bon équilibre pour ces burgers végétariens n’a pas été une mince affaire. Mais après moults essais et tentatives plus ou moins avortées je suis heureuse de vous présenter ce magnifique Veggieburger qui non seulement très bon, mais aussi assez roboratif.

Je vais vous le présenter comme je préfère le manger, c’est-à-dire simplement, sans qu’il fasse 36 étages et qu’il est impossible de mordre dedans tellement il est impressionnant. Je préfère pour ma part un burger plus menu où il est possible d’y morde à pleines dents sans s’en mettre partout – au moins au début. (Si vous êtes sage je vous donnerais une astuce pour manger un burger sans en mettre partout à la fin de ce post.)

Le vrai bon burger est plus complexe qu’il n’y parait au premier coup d’œil. C’est un subtil mélange d’acidité, de douceur, de croquant et de moelleux. Trouver le bon équilibre est assez difficile mais au bout du compte il est important de le faire comme vous l’aimez. Donc je propose quelques options dans la recette qui ajoutera soit de l’acidité (mes amis les cornichons), de la douceur (la mayo dans toute sa splendeur), du piquant (piments du bout du monde) et j’en passe.

Il est important pour moi d’avoir du plaisir en mangeant et quelque fois manger « sain » c’est un peu rébarbatif surtout dans la présentation des mets. Donc quoi de mieux qu’un burger emblème de la « Junk Food » mais revisité dans sa version saine pour manger plein de légumes et de céréales. De plus les burgers seront cuits au four donc avec un tout petit peu de matière grasse. Voilà donc une recette simple, rapide et saine. Que demander de plus ?!

Bon j’avoue que question sauce ça va être un peu plus calorique ! Quoique… et comme je suis très gentille vous n’aurez pas une sauce mais 2 !

The Veggieburger pour vous donner envie et commencer cette recette !

The Veggieburger pour vous donner envie et commencer cette recette !

Ingrédients pour 4 personnes :

Pour le veggie burger

  • 200 gr de petits pois congelés bio
  • 200 gr de maïs nature bio
  • 200 gr de haricots rouge bio
  • 75 gr de farine (+ un peu pour fariner les burgers)
  • 1 œuf
  • 75 gr de chapelure (aromatisée ou non)
  • Un demi bouquet de persil
  • 1 cc de poudre de piment de votre choix, moi j’ai opté pour le Gochugaru (option « langue en feu » grâce à cette poudre de piment coréenne)
  • Sel
  • Poivre
  • Un peu d’huile
  • 4 Bun au sésame (chez votre boulanger, en grande surface, ou encore mieux fait maison)

Pour la sauce version 1

  • 1/2 salade iceberg petite
  • 1 tomate râpée (option douceur)
  • 1 cs de mayonnaise
  • 2 cc de vinaigre de riz
  • Sel
  • Poivre

Pour la sauce version 2

  • 1/2 salade iceberg petite
  • 1 tomate râpée (option douceur)
  • 1 ccs de yogourt grec 0 %
  • 2 gousses d’ail pressé
  • Le jus d’1/2 citron
  • Sel
  • Poivre

Tooping

  • Cornichons (option acidité)
  • Tranche d’avocat (option douceur)
  • Fine tranche d’oignon rouge cru (option crunchy et punchy)
  • Ketchup

Mon mix personnel : la sauce version 1 sans les tomates et les oignons rouges en topping ainsi que le ketchup pour l’acidité !

La Recette

Préchauffez votre four à 200 degrés et préparez une plaque avec du papier sulfurisé.

Mettez dans un mixeur avec l’option lame les petits pois congelés (très important, c’est impératif qu’ils soient congelés), le maïs, les haricots rouges, le persil que vous avez déjà un peu coupé, la farine et la poudre de piment.

Mixez une première fois jusqu’à obtention d’une pâte. Mettez le mélange dans un grand saladier et rajoutez à ce moment-là l’œuf entier, et au fur et à mesure la chapelure. Vous pouvez utiliser soit de la chapelure nature ou vous pouvez l’aromatiser (persil, ail, etc.), le pâton doit être assez homogène et ne pas se désagréger quand on le touche. Il va sans dire qu’il ne sera aussi compact que si vous l’aviez fait avec de la viande hachée, donc soyez délicat. Quand le mélange à la consistance souhaité partagez-le en 4 et formez les burgers : ils doivent avoir au minium 2 cm d’épaisseur et passez-les dans la farine.

Posez-les sur la plaque que vous avez préalablement préparée. Faites doucement un creux au milieu du burger avec votre pouce, ainsi il ne se rétractera pas durant la cuisson, procéder de même avec les 3 autres. Badigeonnez les burgers avec un peu d’huile, cela aidera à la coloration mais soyez léger dans les proportions. Puis mettez-les au four niveau du milieu pendant 20 minutes.

Les burger végétariens prêt à être enfournés

Les burger végétariens prêt à être enfournés

Pendant ce temps, lavez la salade Iceberg et coupez-la en fines tranches. C’est toujours un plaisir de travailler cette salade si croquante et fraiche je l’adore. Faites la sauce de votre choix et mélangez la salade et la sauce intimement. Réservez pour le montage.

Faites toaster vos buns, soit au grille-pain soit à la poêle à sec.

Quand les burgers sont prêt il est temps de faire le montage : prendre la base d’un bun, y mettre le mélange salade/ sauce puis le burger en lui-même. Rajoutez un peu de ketchup puis à nouveau le mélange salade /sauce et vos toppings préférés puis rajoutez le chapeau du bun.

Voilà c’est prêt !

Et oui encore un Veggieburger, mais ils sont partout !

Et oui encore un Veggieburger, mais ils sont partout !

Pour accompagner ce Veggieburger pourquoi pas un Colslaw, une magnifique salade de chou que vous trouverez aussi sur ce blog cliquer ci-dessous !

Et maintenant une petite leçon pour apprendre à manger son burger correctement, et vous savez quoi, ça marche 🙂

The VeggieBurger !

Un Livre

The Free Range Cook d’ Annabel Langbein pour la version original ou pour la version française Annabel au Naturel.

Je pèse mes mots : j’adore cette femme ! Premièrement elle a une émission de cuisine incroyable qui se déroule en Nouvelle Zélande, c’est tellement bien fait qu’on a envie de prendre un billet direct pour aller lui dire bonjour !

Les recettes sont simples, gourmandes, innovantes avec des produits frais. On retrouve cette énergie dans son livre, je l’ai déjà offert souvent et les gens sont ravis. En un mot… ou deux : Vive Annabel !

Salade tiède printanière

On dit en italien que « Marzo è pazzo » soit que le mois de Mars est fou. Les giboulées nous rappellent que, même si le printemps est proche, il n’est pas encore tout à fait là. Mais en se baladant au marché, on voit quand même les premières asperges sauvages italiennes toutes fines, vertes et minces, les premiers petits pois qui se vendent à prix d’or et les fèves vertes dans leurs fourreaux duveteux. Moi, ça me donne trop envie alors des fois je craque. Si vous avez suivi le blog, il se peut qu’il vous reste encore des fèves et des oignons rouges d’une recette précédente

https://echaloteandco.wordpress.com/2014/03/18/petit-farcis-a-ma-facon/

Salade tiède printanière

Salade tiède printanière

Salade tiède printanière

Ingrédients 4 personnes:

  • 200 gr de petit pois
  • 2 grands oignons rouges
  • 200 gr d’asperges vertes sauvages
  • 200 gr de fèves
  • 40 gr de pignons
  • 3 c.s d’huile d’olive
  • 1 c.s de vinaigre de cidre
  • 1 gousse d’ail
  • Sel
  • Poivre aux fleurs

Commençons par cuire les oignons rouges et les fèves dans une grande quantité d’eau bouillante et salée pendant 5 minutes. Pensez à éplucher les oignons au préalable.

Dans cette même eau, faites cuire les petits pois (que vous avez écossés) pendant 15 minutes à partir de l’ébullition, j’aime bien quand ils sont encore croquants.

Egouttez-les et rafraîchissez-les (mettre dans un bol de l’eau froide et y plonger quelques instants les légumes pour arrêter leur cuisson). Coupez les oignons en petits carrés, idéalement de la même grandeur que les fèves. Réservez sur une assiette.

oignons rouges, fèves, petits pois
oignons rouges, fèves, petits pois
oignons rouges, fèves, petits pois

oignons rouges, fèves, petits pois

Il faut enlever les extrémités ligneuses (le talon) des asperges. Pour ce faire, prenez l’asperge par les 2 bouts et courbez –la, elle se cassera automatiquement là où elle est la plus dure.

Faites chauffer 1 c.s d’huile dans une poêle, écrasez la gousse d’ail avec la peau et mettez-la dans l’huile. Quand celle-ci crépite, enlevez la gousse et faites revenir les asperges vertes sauvages entre 3 et 5 minutes à feu moyen. Comme celles-ci sont fines, elles seront cuites juste comme il faut. Réservez dans une assiette.

J’aurais pu faire revenir les pignons à sec mais j’ai décidé de les laisser nature pour cette fois. Mélangez les petits pois, les oignons, les fèves, les asperges et les pignons. Rajouter l’huile et le vinaigre de cidre, salez et poivrez.

Voilà, c’est prêt !

Salade tiède printanière

Salade tiède printanière

L’asperge sauvage

Ce sont les asperges que je préfère car elles cuisent super vite et il n’y a pas besoin de les éplucher, il faut juste enlever le talon ligneux de la bête. Mais autant dire que pour cette catégorie, il n’y en a pas beaucoup. Facile, rapide et bon mais que demander de plus !

asperges vertes et asperges sauvages
asperges vertes et asperges sauvages

asperges vertes et asperges sauvages

Salade tiède printanière

Un Livre

En cuisine avec Alain Passard de Christophe Blain

Alain Passard n’est pas un chef comme les autres car en effet, il voue un véritable culte aux légumes de son potager aux portes de Paris jusqu’à son restaurant 3* l’Arpège à Paris et sa dégustation légumières. Christophe Blain l’a suivi pendant 2 ans et en a fait une BD extraordinaire. Un vrai hommage à l’homme et à sa passion, qu’il arrive à nous transmettre de façon ludique et drôle.