Boulettes de Poulet Pimentées Super Light !

Oui je sais les boulettes c’est tendance… il y a même des restos qui ne font que ça dans la capitale francilienne. Alors non, je ne suis pas la mode mais la boulette fait partie de mon ADN italo-helvético-hispanique, c’est comme ça moi j’en mange depuis que je suis toute petite.

Ma maman en fait, mes tantes en font, mes grands-parents en faisaient, nous sommes les rois de la boulette 😉 ! Mis à part ça, c’est vrai que c’est un classique de la « comfort food » comme on appelle cela aujourd’hui. Et que c’est toujours un immense plaisir d’en déguster, un vrai réconfort !

La version que je vais vous présenter est non seulement très savoureuse mais aussi très légère, soit 240 calories pour 4 boulettes qui dit mieux ?!

Boulettes de Poulet Pimentées Super Light !

Boulettes de Poulet Pimentées Super Light !

Ingrédients pour 16 boulettes :

  • 300 gr de poulet haché
  • 2 oeufs
  • 2 blancs de poireaux
  • 3 cc de gochujang (pâte de piment rouge coréenne), si vous n’en trouvez pas de l’harissa fera très bien l’affaire.
  • 2 bouquets de ciboulette (ciboulette ail c’est encore mieux si vous en trouvez au marché)
  • 100 gr de panko (chapelure japonaise, la chapelure usuelle va très bien aussi)
  • Sel
  • Poivre

Préchauffez le four à 200 / 210 degrés.

Nettoyez et coupez le poireau en demi-lune. Ciselez la ciboulette, on rajoute le poulet haché (c’est assez collant), les œufs, la pâte de piment, salez et poivrez. Travaillez bien la farce, n’hésitez pas à y mettre de la force quand vous avez une boule bien homogène. Rajoutez le panko pour « solidifier » le tout.

Préparez une plaque qui va au four et chemisez-la avec du papier sulfurisé. Puis prenez la boule, divisez la en 4 et chaque partie en 4 encore une fois.

Quand vous déposez la boulette sur la plaque, faites une pression avec votre pouce au milieu cela permettra que la boulette ne se rétracte pas à la cuisson.

Puis mettez au four pendant 15 à 20 minutes au niveau inférieur du four. Les boulettes doivent être dorées.

Voilà c’est prêt !

miam elles font trop envie :) !

miam elles font trop envie 🙂 !

Vous pouvez les manger ainsi avec une petite salade. Ou d’une façon plus originale en les mettant dans une tortilla de blé avec une petite salade à l’intérieur ainsi vous aurez un plat complet en une seule bouchée.

Boulettes de Poulet Pimentées Super Light !

Boulettes de Poulet Pimentées Super Light !

Boulettes de Poulet Pimentées Super Light !

Je vous parle de 2 ingrédients qui sont un peu hors norme pour cette recette et que l’on trouve dans les épiceries asiatiques soit le panko et le gochujang.

Le panko est une chapelure japonaise très légère et croustillante, si vous avez déjà mangé de la tempura, vous avez déjà vu du panko, c’est ce qui entoure l’aliment frit. Dans ma recette, cela donne de la légerté et du croustillant à cette boulette light.

Dans la région des 3 lacs vous en trouverez dans les épiceries thaïlandaises.

Boulettes de Poulet Pimentées Super Light !

Le gochujan est un condiment coréen très piquant à base de piment rouge entre autres, on y trouve aussi du soja, du riz gluant, du sel, du miel, des germes de blé et le tout est fermenté pendant plusieurs mois dans de grandes jarres. La belle couleur rouge des boulettes est due à ce condiment qui est vraiment exceptionnel et vraiment très bon. C’est toujours sympa de sortir des sentiers battus non ?

En suisse romande vous en trouverez chez Uchitomi, mon épicerie japonaise préférée !

Livre

D’habitude je ne suis pas trop fan de livre de recette dont l’auteur est « collectif » c’est très impersonnel, mais il faut avouer que c’est très difficile de trouver des livres en français sur la cuisine coréenne donc pour débuter dans cette cuisine, je vous conseille volontiers ce livre. Il est facile et très compréhensible… et il faut bien commencer quelque part. Amusez-vous bien !

« La cuisine coréenne pas à pas » chez Marabout

« La cuisine coréenne pas à pas » chez Marabout

Crusty de Poulet au Champagne et à l’Estragon

Un quoi? Un Crusty? Mais c’est quoi, ça? J’avoue que je ne savais pas trop comment appeler ce plat mais c’est la dénomination qui lui correspond le mieux, croyez-moi; sinon, on passe à l’anglais et c’est une «top-crust pie». J’aime bien tout ce qui est crousti-fondant, le fait d’avoir plusieurs textures dans un même plat me comble de bonheur. Ici, on va jouer avec le croustillant de la pâte phyllo et le fondant d’un poulet à la crème. Cette recette vient d’un livre incroyable «The Hairy Bikers’ Perfect Pies» de Si King & Dave Myers, mais je l’ai un peu modifiée. Une base de poulet au champagne, à la crème et à l’estragon, et un topping de pâte phyllo croustillante à souhait. Matez-moi ça!

Crusty de Poulet au Champagne et à l’Estragon

Crusty de Poulet au Champagne et à l’Estragon

Crusty de Poulet au Champagne et à l’Estragon

1 c.s. d’huile d’olive

2 oignons moyens

2 gousses d’ail

2 petites échalotes

150 ml de champagne brut de qualité (ou un Chablis, Les Tisserandes)

2 c.c. de bouillon de poulet en poudre (Fine Food de la Coop, pas de cube s’il vous plaît, c’est beaucoup trop gras)

550 g de blanc de poulet ou le reste du poulet du dimanche

400 ml de crème allégée à 4% (si vous êtes gourmand de la crème fraîche, c’est très bien aussi)

1 c.s. d’estragon frais coupé grossièrement

1 c.s. de farine

1 c.s. de fécule de maïs (maïzena)

Sel & poivre

4 feuilles de pâte phyllo

Faites fondre le beurre dans une poêle avec l’huile, rajoutez l’oignon et l’échalote coupés finement ainsi que l’ail écrasé (presse-ail). Faites cuire 5 minutes à feu moyen, il ne faut pas que le mélange colore.

Ajoutez le champagne et le bouillon en poudre, mettez à feu vif jusqu’à ce que le liquide réduise de moitié et épaississe. Sortez du feu et réservez dans un bol.

Si vous avez choisi l’option «blancs de poulet», coupez-les en cubes moyens. Si vous avez choisi l’option «reste du poulet du dimanche», effilochez-le.

Mettez le poulet dans le bol où l’attend le mélange oignon, échalote, ail. Rajoutez la moitié de la crème, mélangez l’autre moitié avec la fécule de maïs pour qu’elle soit bien dissoute et rajoutez-la aussi dans le bol. Il est temps pour l’estragon de se mêler à la fête. Saupoudrez de farine, de sel et de poivre. Mélangez le tout et mettez-le dans le plat qui ira au four. Préchauffez votre four à ce moment-là à 210 degrés.

Crusty de Poulet au Champagne et à l’Estragon

Faites fondre le beurre au micro-ondes durant 2 x 10 secondes. A l’aide d’un pinceau, beurrez les feuilles de pâte phyllo (elles doivent être les unes sur les autres) et découpez-les en 6 parties égales. Faites vite car la pâte phyllo sèche très, très vite. Froissez chaque partie et mettez-les sur la farce.

Enfournez pendant 30 minutes au milieu du four, la pâte phyllo doit être croustillante et dorée et la farce doit bouillonner de bonheur. Ce plat a un double effet Kiss Cool car durant sa cuisson, il embaume la maison et ouvre l’appétit de tous vos convives. Vérifiez la cuisson de temps en temps: si vous voyez que le topping s’approche plus du marron que du doré, mettez une feuille d’aluminium sur le dessus avant qu’il ne soit trop tard.

Voilà, c’est prêt !

Le Crusty inside out

Le Crusty inside out

Crusty de Poulet au Champagne et à l’Estragon

Quand le plus grand critique gastronomique du monde n’a plus que 48 heures à vivre, à quoi pense-t-il? Quel est le dernier plat qu’il voudra savourer?

Une réminiscence de son enfance? Le plat signature d’un grand chef? Ce personnage qui, de prime abord, n’est ni gentil ni sympathique, qui ne l’est pas plus au fil du temps et qui essaie de se souvenir de ce fichu plat en arpentant les méandres de sa mémoire, en devient attachant. Ce roman a obtenu le Prix du Meilleur Livre de Littérature gourmande en 2000 (oui, je sais, cela ne date pas d’hier mais je suis une passionnée de gastronomie depuis longtemps).

Crusty de Poulet au Champagne et à l’Estragon

Je suis fan de leur travail, ils sont hirsutes, drôles, sympas et prouvent par A + B que la cuisine anglaise peut être savoureuse. Leurs recettes sont vraiment délicieuses, goûteuses et faciles à faire. Que demander de plus? Ils ont leurs propres émissions sur la BBC depuis des années, sont toujours aussi enthousiastes et se renouvellent sans cesse. C’est un plaisir de les voir et de les lire. Les livres ne sont pas traduits en français mais si vous êtes amoureux de la langue de Shakespeare, cela en vaut largement la peine !